Sagesse 2, 23-24. Humilité.
Selon Jean Paul II " Entrez dans l'espérance " L'Islam est Soumission devant un Dieu Abstrait et Lointain, Le bouddhisme une fuite, Le message Chrétien exprime l'amour.

Dans l'histoire aucun Dieu ne s'est sacrifié pour les hommes, telle est la position du Vatican rapporté par Jacques Riflet "les mondes du Sacré" P 175 Editions Mols 2000.

Les détracteurs signalent là une logique de punition animistes.

Pour les Cathares de langue d'oc  ( Catharos signifie pur en grec) les être humains se réincarnent pour bénéficier de l'illumination de Jésus. Le catharisme respire "l'Orient bouddhique".
En effet l'évangile dit " mon royaume n'est pas de ce monde."
Jésus se voit offrir le monde terrestre.
La parabole des fruits de l'arbre.
D'après le parfait Bertran Martin à Montségur " Le Tout et le rien ne sont qu'un seul et même principe.... mais dans le Rien il y a une tendance à devenir quelque chose."
Pour les Cathares (proche du tao), le mauvais dieu de l'Ancien testament ont voulu par le biais du désir, reconquérir ce qu'il avait perdu. Mais il n'a pu atteindre le Tout qui est justement l'absence de désir.


Quand Metraton le plus grand des anges enseigne au plus petit des hommes.



Croire une approche scientifique très pointue pointue.
Savez-vous qu'un des plus grand génie mathématicien a prouvé Dieu. C'est la preuve ontologique de Dieu selon de Gödel. L'approche est en logique formelle que nous avons retraduit en langage compréhensible pour tous ou à peu près par tous.

On remarquera que la démonstration suivante s'effectue par l'intermédiaire d'un symbolisme excessif comme l'analyse Jean-Paul Delahaye dans « L'intelligence et le calcul » Belin Pour la science 2002,     ISBN 2-84245-040-X


 La traduction littéraire de la logique formelle n’est pas toujours fournie.



Axiome 1. P(φ) x [φ (x)→ψ(x)] →P(ψ)

Toute propriété impliquée strictement dans une propriété positive est elle-même positive

Axiome 2. P(¬φ)↔¬P(φ)

La négation d’une propriété positive n’est pas positive

Théorème 1. P(φ)→ ◊ x [φ(x )]

Une propriété positive possède nécessairement au moins une valeur vraie.

Définition 1. G(x )↔φ[P(φ)→φ(x )]

Quelque chose est comme Dieu si et seulement si cette chose a pour propriétés essentielles celles et seulement celles qui sont positives.

Axiome 3. P(G)

Il y a quelque chose comme Dieu qui est positif.

Théorème 2. ◊ x  G(x )

Il est possible qu’il y ait une chose comme Dieu.

Définition 2. φ ess x ↔φ(x )⋀∀ψ{ψ(x )→□ x [φ(x )→ψ(x )]}

Une propriété φ est l’essence d’une chose si et seulement si pour une propriété ψ, cette chose est nécessairement causée par la première propriété.

Axiome 4. P(φ)→ ◻P(φ)

Si une propriété est positive, elle est nécessairement positive.

Théorème 3. G(x )→G ess x 

Si quelque chose comme Dieu existe, Dieu est l’essence de cette chose.

Définition 3. E(x )↔φ[φ ess  x →□φ(x )]

Il existe une chose si est seulement si pour toute propriété de cette chose, son essence est cause de son existence.

Axiome 5. P(E)

L’existence est positive.

Théorème 4. ◻x  G(x )

Il y a nécessairement une chose qui est comme Dieu.

  


Explications des symboles de logique modale.


□ : Opération de la nécessité.

◊ : Opération du double de la nécessité, C’est la référence au possible.

: Conjonction logique et

→ : Implication matérielle.

¬ :  Négation logique.

↔ : Implication matérielle stricte.

ess : Essentiel à.

P : Propriété positive dans le sens de Bon.

E : Existe.

: Il existe au moins un tel que. Logique.

: Quantificateur universel. Pour tout.

φ, ψ : Propriétés.

x : Variable (causa).

G : Dieu.