Sagesse 2, 23-24. Humilité.

Exorciste et Exorcisme


Préalable Tout ce qui suit concernant les prêtres exorcistes correspond au fonctionnement du ministère au sein de l'Eglise Catholique Romaine.


Jésus imposant les mains pour bénir
Ce que l'exorciste / l'exorcisme ne sont pas...
L'exorciste De quoi s'agit-il?
Gratuité
Pourquoi seulement des prêtres?
Comment le contacter?
Signes de possession
Le chemin à suivre
L'exorcisme Définition et types
Célébration du Rite de l'exorcisme
Après un exorcisme
Facteurs favorisant l'emprise du Malin...



      Une fois n'est pas coutume, nous n'allons pas commencer par dire ce qu'est un exorcisme, un exorciste mais ce qu'il n'est pas!

Un exorciste n'est pas:

  • Un magicien
  • Un mage
  • Un homme ayant des pouvoirs "par lui-même"
  • Un sorcier....

Et l'exorcisme n'est pas:

  • Un rituel magique
  • Un distributeur automatique où en échange de telle prière j'obtiens obligatoirement telle 'prestation'...

Le recours à l'exorciste (exorcisme) avec à l'esprit une mentalité "magique"
n'est donc pas une bonne approche.


Mais alors, de quoi s'agit-il?

      Pour le comprendre, il faut revenir à Jésus Christ, notre Sauveur, notre Rédempteur, le Verbe fait chair, la Parole de Dieu, la Lumière du monde.

      « Jésus Christ est venu délivrer l'humanité de la domination du mal et du péché. Par le mystère pascal de sa mort et de sa résurrection, le Christ a affronté les puissances mauvaises et a détruit leur empire en libérant toute chose de leur contagion maligne. Il s'est fait proche des personnes souffrantes, faisant sienne la misère des hommes jusqu'à souffrir avec eux et pour eux: « Je suis venu pour qu'ils aient la vie » (Jn 10, 10).

      Par le baptême, en s'engageant à renoncer au péché et à Satan, à tout ce qui détourne de Dieu et divise, le chrétien participe à la victoire du Christ. Il s'oriente avec lui vers la lumière qui permet de connaître Dieu, Père miséricordieux. »

(extrait de "L'Exorcisme dans l'Eglise Catholique" cf. Bibliographie)

Cette "autorité" sur les démons, Jésus l'a transmise à ses disciples comme nous le montre l'Évangile:

« Ayant convoqué les Douze, Jésus leur donna puissance et pouvoir sur tous les démons et sur les maladies pour les guérir » (Lc 9, 1)

et encore ici:

« Ils expulsaient beaucoup de démons, ils oignaient d'huile beaucoup d'infirmes et ils les guérissaient » (Mc 6, 12).

« Les soixante-douze envoyés revinrent pleins de joie et dirent:
- Seigneur, même les esprits mauvais nous obéissent quand nous leur donnons des ordres en ton nom!
Jésus leur répondit:
- Je voyais Satan tomber du ciel comme un éclair. Écoutez: je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions et d'écraser toute la puissance de l'ennemi, et rien ne pourra vous faire de mal. Mais ne vous réjouissez pas de ce que les esprits mauvais vous obéissent; réjouissez-vous plutôt de ce que vos noms sont écrits dans les cieux. »
(Lc 10, 17-20)


Ainsi, Jésus, après avoir créé Son Église, a donné aux Apôtres "puissance et pouvoir sur tous les démons". C'est cette autorité conférée par Jésus qui est toujours à l'oeuvre dans l'Église Catholique Romaine de nos jours et ce sont les successeurs des Apôtres qui en sont les garants.

Ceci nous est réaffirmé dans le Catéchisme de l'Église catholique 1992 n° 1673:

« Quand l'Église demande publiquement et avec autorité, au nom de Jésus-Christ, qu'une personne ou un objet soit protégé contre l'emprise du Malin et soustrait à son empire, on parle d'exorcisme. Jésus l'a pratiqué (cf. Mc 1, 25-26), c'est de lui que l'Église tient le pouvoir et la charge d'exorciser (cf. Mc 3, 15 ; 6, 7. 13 ; 16,17). Sous une forme simple, l'exorcisme est pratiqué lors de la célébration du Baptême. L'exorcisme solennel, appelé " grand exorcisme ", ne peut être pratiqué que par un prêtre et avec la permission de l'évêque. Il faut y procéder avec prudence, en observant strictement les règles établies par l'Église. L'exorcisme vise à expulser les démons ou à libérer de l'emprise démoniaque et cela par l'autorité spirituelle que Jésus a confié à son Église. Très différent est le cas des maladies, surtout psychiques, dont le soin relève de la science médicale. Il est important, donc, de s'assurer, avant de célébrer l'exorcisme, qu'il s'agit d'une présence du Malin, et non pas d'une maladie. »
(cf. CIC, can. 1172).

On comprend donc mieux à présent que dans chaque diocèse, il appartient à l'Évêque de désigner un prêtre exorciste pour exercer ce ministère.

Hélas, de nos jours, ce sujet dérange et il arrive qu'il n'y ait pas d'exorciste dans certains diocèses...

Heureusement, dans la plupart des diocèses, l'Évêque - encore appelé "Ordinaire du lieu" - a bel et bien nommé un prêtre exorciste. C'est ce dernier que vous rencontrerez si besoin est.

A ce stade de notre exposé, je crois indipensable de préciser le point suivant:

Dans l'Eglise Catholique Romaine, le service rendu par un prêtre Exorciste qui vous aura été nommé par l'Evéché de votre diocèse est GRATUIT.

Extrait du Droit Canon:
Can. 1172 - § 1. Personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur les possédés, à moins d'avoir obtenu de l'Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse.
§ 2. Cette permission ne sera accordée par l'Ordinaire du lieu qu'à un prêtre pieux, éclairé, prudent et de vie intègre.


et encore:

"Guérissez les malades, ramenez les morts à la vie, rendez purs les lépreux, chassez les esprits mauvais. Vous avez reçu gratuitement, donnez aussi gratuitement" (Matthieu 10, 8)

Cela étant, après coup, rien ne vous interdit d'effectuer un don, librement, selon vos moyens si tel est votre souhait.

Les prêtres agissent au nom de Jésus Christ,

engagent Son Église par leur action.


Pourquoi cette procédure?

Pourquoi seulement des prêtres?



Entre autres pour ces raisons:
  • Il ne faudrait pas tomber entre de "mauvaises mains", mal intentionnées et qui au lieu de travailler à la Gloire de Dieu travailleraient pour leur propre compte ou pire, seraient au service du démon...

  • Certains pourraient également être tentés d'abuser de la faiblesse des personnes en leur extorquant des sommes considérables, à l'instar des mages, sorciers, voyants, gourous divers et variés...

  • Garantir la qualité et le sérieux, la formation adéquate et la probité du prêtre qui intervient. Ce ministère est en effet un ministère de discernement, lequel est parfois difficile à poser. Faire la part des choses entre ce qui relève de la maladie "naturelle" (physique ou mentale) et de ce qui relève de l'action du démon n'est pas chose aisée.

  • Même une personne bien intentionnée, mais mal formée pourrait faire bien des dégats auprès de personnes souffrant en fait de maladies mentales relevant de la seule psychiatrie...

  • Du danger qui guette la personne non avertie qui "jouerait avec le feu"... comme nous le montre cet extrait des Actes des Apôtres:

    "Quelques Juifs qui allaient d'un endroit à l'autre et chassaient les esprits mauvais hors des malades essayèrent aussi d'utiliser le nom du Seigneur Jésus pour les faire sortir. Ils disaient aux esprits mauvais:
    - Je vous ordonne de sortir au nom de ce Jésus que Paul prêche! (Ceux qui agissaient ainsi étaient les sept fils d'un grand-prêtre juif, nommé Scéva.)
    Mais l'esprit mauvais leur répondit:
    - Je connais Jésus et je sais qui est Paul; mais vous, qui êtes-vous?
    Et l'homme possédé de l'esprit mauvais se jeta sur eux et se montra plus fort qu'eux tous; ils les maltraita avec une telle violence qu'ils s'enfuirent de sa maison nus et blessés." (Actes 19, 13-16)

Comment fait-on pour contacter un prêtre exorciste?


      En fait, la toute première chose à faire est de se tourner vers.... Dieu, de lui parler c'est-à-dire: Prier. C'est dans la relation à Dieu que doit s'inscrire tout appel au secours. Quiconque vivant ce qu'on peut appeler un combat spirituel commencera par aller voir le prêtre de sa paroisse. (un peu de la même manière que vous allez tout d'abord chez le médecin généraliste...)

Dans l'écrasante majorité des cas, son intervention pourra vous aider efficacement et le recours à l'exorciste ne sera pas nécessaire.

Si besoin en était, c'est lui qui vous dirigerait vers l'évéché de votre diocèse afin que vous soit désigné un prêtre exorciste. (un peu comme le médecin généraliste vous envoie vers un spécialiste s'il le juge nécessaire). Evitez d'aller de vous même à l'Évéché pour que vous soit désigné un prêtre exorciste. Ils sont en effet peu nombreux et surchargés... Ce n'est que si votre curé ne peut vous aider ou ne veut pas vous écouter que vous serez fondé à aller voir votre Évêque directement. (c'est-à-dire, en pratique, le secrétariat de l'évéché.) Si il n'y a pas de prêtre exorciste dans votre diocèse (cela peut arriver...) n'hésitez pas à aller dans le diocèse d'à côté!

Cette manière de faire peut vous sembler compliquée, mais la qualité et la sécurité de leur intervention est à ce prix. (vous n'iriez pas vous faire opérer par un boucher... ou le rebouteux du coin... au lieu de consulter le chirurgien... même s'il faut prendre rendez-vous pour cela...).


A ce stade, je pense qu'il est clair pour tout le monde, que c'est Jésus Christ qui libère du démon. Le prêtre est son serviteur, il agit en son nom, engageant toute l'Église dans ce combat. La personne doit faire acte de volonté, autrement dit de conversion vers Dieu, vers Jésus-Christ qui triompha définitivement du Malin sur la Croix. On ne redira sans doute jamais assez l'importance de la Prière adressée à Dieu avec foi.

Lors de votre rencontre avec lui, le prêtre exorciste devra faire la part des choses dans ce qui vous arrive, c'est à dire exercer ce qu'on appelle un discernement. Aussi, ne soyez ni surpris ni vexé s'il décide de prendre des avis complémentaires en vous invitant à consulter un psychiatre par exemple.

Jésus Christ étant mort sur la Croix pour que Tous les hommes soient sauvés, les prêtres exorcistes peuvent venir en aide à tout être humain, quelle que soit sa religion.


Signes de la possession


Rituel Romain (texte officiel de l'Église pour les célébrations liturgiques) - présentation générale n° 16

« Parler couramment des langues inconnues ou comprendre celui qui les parle; révéler des choses cachées ou lointaines, manifester des forces supérieures à l'âge ou à la condition physique; une forte aversion pour Dieu, pour la Très Sainte Personne de Jésus, pour la Bienheureuse Vierge Marie, les saints, l'Église, la Parole de Dieu et les réalités sacrées, surtout les sacrements et les images sacrées. »


Dans son livre « Exorcisme et Psychiatrie », Dom Gabriele Amorth - ancien exorciste du diocèse de Rome - nous explique:

« Le chemin à suivre »


1. Avant toute autre chose, il est nécessaire de vivre dans la grâce et d'éliminer les obstacles à la grâce. C'est pourquoi la première des choses à faire est toujours une bonne confession. Si l'on vit dans un état ordinaire de péché, il faut remédier à cette situation. S'il y a un obstacle à la grâce (le plus fréquent étant de ne pas pardonner du fond du coeur), il faut l'éliminer.

2. Il faut vivre l'eucharistie, dont je rappelle les trois aspects: la messe, la communion, l'adoration eucharistique. Nous devons dire clairement que les quatre moyens déjà cités, et le suivant, ont bien plus de force et de valeur qu'un exorcisme. Les gens sont, le plus souvent, paresseux: ils veulent que les autres interviennent et les délivrent de leurs problèmes; or ce qui manque dans la plupart des cas, c'est l'implication personnelle.

3. Il faut prier. Il est logique que tous ces moyens soient utilisés, non pas successivement, mais en fonction de la nature de chacun; c'est pourquoi la prière doit être quotidienne, faite avec foi, et on doit y consacrer un certain temps. Toutes les prières sont bonnes, même celles que l'on invente. Les prières bibliques ont une efficacité particulière évidente (les psaumes, les cantiques), de même que le Rosaire qui a, vraiment, un pouvoir incroyable.

[Avec ces trois moyens, et sans exorcisme, on peut se libérer de maux d'origine maléfique et de la possession elle-même. Par contre, il est impossible de se délivrer par les exorcismes seuls, sans le recours à ces moyens. On peut faire une exception uniquement quand une personne voudrait utiliser ces moyens, et s'efforce de les utiliser, mais en est empêchée par le démon. Il est nécessaire alors de l'aider et il faut utiliser les deux derniers moyens.]

4. Les prières de libération. Elles ont un double effet, c'est pourquoi elles sont parfois plus efficaces que les exorcismes. En général, on fait des prières de guérison et de délivrance. Dans les cas ne nécessitant pas une guérison, elles sont particulièrement adaptées. (....)

Dans les cas considérés comme « mineurs », ces prières peuvent être suffisantes pour la délivrance, les exorcismes étant réservés seulement aux cas les plus graves.

5. Les exorcismes. L'exorcisme n'a pas comme seul but de chasser les démons, il est également profitable contre l'influence du Malin, d'où son utilisation dans les cas de possession, mais également d'influence démoniaque. (...)

Pour ma part, je demande d'abord que la personne ait une vie de prières et fréquente les sacrements comme il se doit et, de plus, qu'elle me soit présentée par un prêtre ou par un groupe de prières, après une série de prières de libération.

(...)

      Cependant il faut toujours, même pendant les exorcismes et une fois que la guérison et la délivrance ont été obtenues, que la personne vive pleinement sa vie chrétienne, soit extrêmement fidèle à la prière, à la messe, aux sacrements, à l'enseignement religieux. Si ceci fait défaut - tout les exorcistes ont pu le constater -, les libérations sont provisoires et les rechutes douloureuses. »
(« Exorcisme et Psychiatrie » - cf. Bibliographie -, Dom Gabriele Amorth; ancien exorciste du diocèse de Rome)



L'exorcisme


"Quand l'Église demande publiquement et avec autorité, au nom de Jésus Christ, qu'une personne ou un objet soit protégé contre l'emprise du Malin et soustrait à son empire, on parle d'exorcisme" (Catéchisme de l'Église catholique, n. 1673)

Différents types d'exorcismes


Le "petit" exorcisme qui a lieu lors du baptême des petits enfants ou encore auprès des catéchumènes (adultes sur le chemin menant au baptême).

Le "grand" exorcisme est celui opéré par le prêtre exorciste conformément au Rituel lorsqu'il faut libérer une personne de l'emprise du Malin.

L'exorcisme dit de Léon XIII: Cette prière était autrefois autorisée aux particuliers dans le cadre d'un usage privé. Ce n'est plus le cas de nos jours, son emploi ayant été jugé trop dangereux pour être autorisé à un particulier. Cela est spécifié dans la lettre de la "CONGREGATIO PRO DOCTRINA FIDEI" dont vous pouvez prendre connaissance dans l'encart ci-après.

CONGREGATIO PRO DOCTRINA FIDEI Traduction française

Congrégation pour la Doctrine de la Foi,

29 septembre 1985 (Documentation Catholique n° :1912, 16 février 1986, p.197).


Excellence

Depuis quelques années, auprès de certains cercles ecclésiaux, se multiplient les réunions de prière qui visent à obtenir la délivrance de l'influence des démons, même s'il ne s'agit pas là d'exorcismes proprement dits; ces réunions se déroulent sous la direction de laïcs, même si un prêtre est présent.

Puisque l'on a été demandé à la congrégation pour la Doctrine de la Foi ce qu'il faut penser de ces faits, ce dicastère pense nécessaire de porter à la connaissance de tous les Ordinaires la réponse suivante:


1. Le Canon 1172 du Code de Droit Canonique déclare que personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur les possédés s'il n'a pas obtenu de l'Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse (§ 1), et détermine que cette permission ne doit être accordée par l'Ordinaire du lieu qu'à un prêtre qui se distingue par sa piété, sa science, sa prudence et l'intégrité de sa vie (§ 2). Les évêques sont donc instamment priés d'insister sur l'observation de ces prescriptions.

2. De ces prescriptions il s'ensuit qu'il n'est pas même permis aux fidèles d'employer la formule d'exorcisme contre Satan et contre les anges déchus, qui est tirée de la formule publiée par mandat du Souverain Pontife Léon XIII, et encore moins d'employer le texte intégral de cet exorcisme. Les évêques doivent en avertir les fidèles si cela est nécessaire.

3. Par ailleurs, pour les mêmes raisons, les évêques sont priés de veiller à ce que - même dans les cas qui, bien qu'ils excluent une véritable possession diabolique, semblent cependant révéler une certaine influence diabolique - ceux qui n'ont pas le pouvoir nécessaire ne dirigent pas des réunions durant lesquelles on fait usage de prières pour obtenir la délivrance, au cours desquelles les démons sont directement interpellés et où l'on cherche à connaître leur nom.

L'exposé de ces normes ne doit cependant absolument pas détourner les fidèles de prier pour que, comme Jésus nous l'a enseigné, ils soient libérés du mal (cf. Mt 6,13). En outre, les pasteurs pourront utiliser l'occasion qui leur est offerte pour rappeler ce qu'enseigne la tradition de l'Eglise en ce qui concerne la fonction propre des sacrements et de l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, des anges et des saints, dans le combat spirituel des chrétiens contre les esprits mauvais.


Je saisis cette occasion pour vous assurer de mes sentiments de vive estime et vous redire que je demeure votre très dévoué dans le Seigneur.

JOSEPH card. RATZINGER, préfet

ALBERTO BOVONE, secrétaire


Texte original

CONGREGATIO PRO DOCTRINA FIDEI, Epistula Inde ab aliquot annis, ordinariis locorum missa: in mentem normae vigentes de exorcismis revocantur, 29 septembris 1985, prot. n. 291/70: AAS 77(1985), pp. 1169 1170.

Eccellenza rev.ma,

Già da alcuni anni, presso certi gruppi ecclesiastici si moltiplicano le riunioni per fare suppliche allo scopo preciso di ottenere la liberazione dall'influsso dei demoni, anche se non si tratta di esorcismi veri e propri; tali riunioni si svolgono sotto la guida di laici, anche quando è presente un sacerdote.

Poiché è stato chiesto alla Congregazione per la dottrina della fede che cosa si debba pensare di questi fatti, questo dicastero ritiene necessario informare i vescovi della seguente risposta:

1. Il canone 1172 del Codice di diritto canonico dichiara che nessuno può proferire legittimamente esorcismi sugli ossessi se non ha ottenuto dall'ordinario del luogo una speciale ed espressa licenza (§ 1), e stabilisce che questa licenza debba essere concessa dall'ordinario del luogo solo al sacerdote distinto per pietà, scienza, prudenza e integrità di vita (§ 2). Pertanto i vescovi sono vivamente pregati di esigere l'osservanza di queste norme.

2. Da queste prescrizioni consegue che ai fedeli non è neppure lecito usare la formula dell'esorcismo contro satana e gli angeli ribelli, estratta da quella pubblicata per ordine del sommo pontefice Leone XIII, e molto meno è lecito usare il testo integrale di questo esorcismo. I vescovi procurino di avvertire i fedeli, in caso di necessità, su questa cosa.

3. Infine, per gli stessi motivi, i vescovi sono invitati a vigilare affinché anche nei casi in cui è da escludere una vera possessione diabolica coloro che sono privi della debita facoltà non abbiano a guidare riunioni durante le quali vengono usate, per ottenere la liberazione, preghiere nel cui decorso i demoni sono direttamente interrogati e si cerca di conoscerne l'identità.

Il richiamo di queste norme, tuttavia, non deve affatto allontanare i fedeli dal pregare affinché, come ci ha insegnato Gesù, siano liberati dal male (cfr. Mt. 6,13). Infine i pastori potranno avvalersi di questa occasione per richiamare quanto la tradizione della Chiesa insegna circa la funzione che hanno propriamente i sacramenti e l'intercessione della B. V. Maria, degli angeli e dei santi circa la lotta spirituale dei cristiani contro gli spiriti maligni.

Colgo l'occasione per attestarle i sensi della più viva stima, aff.mo in Cristo

JOSEPH card. RATZINGER prefetto

ALBERTO BOVONE segretario




Comment se célèbre le Rite de l'exorcisme?


Dans son livre, « Le Diable existe! », le Père Jeanguenin nous l'explique (cf. Bibliographie):

« Le rite de l'exorcisme, contenu dans le Rituel se célèbre ainsi:

  • On commence par des « rites d'ouverture »: le signe de la croix et la salutation, la bénédiction du sel et de l'eau, l'aspersion du possédé avec l'eau bénite pour rappeler la purification du Baptême.

  • On prie la litanie des saints pour invoquer la miséricorde de Dieu par l'intercession de tous les saints.

  • Par la lecture d'un ou de plusieurs psaumes, on implore la protection de Dieu.

  • La proclamation de l'Évangile est le signe de la présence du Christ qui libère et guérit.

  • Par l'imposition des mains sur la tête du possédé, le prêtre invoque la puissance de l'Esprit-Saint.

  • La récitation du Credo ou le renouvellement des promesses du baptême indique que la foi en Dieu est déjà notre victoire sur le monde des ténèbres.

  • La prière du Notre Père est un petit exorcisme: « Délivre-nous du Mal(in). »

  • Le signe de la croix et la bénédiction du possédé avec la croix qui nous rappellent que c'est par la Croix que le Christ a sauvé le monde.

  • L'insufflation est le souffle qui représente la puissance invisible de l'Esprit-Saint.

  • Les formules d'exorcisme dites « déprécatives » sont des prières que l'on adresse au Seigneur pour la libération de la personne possédée par le démon.

  • Les formules « impératives » sont des injonctions faites à Satan pour qu'il quitte le corps du possédé.

  • Le cantique d'action de grâces manifeste notre gratitude envers Dieu.

  • Le rite se termine par une bénédiction finale. »

Et après un exorcisme?


Comme il a déjà été dit plus haut, il faut absolument qu'après un exorcisme la personne reprenne une vie de Foi; c'est à dire qu'elle Prie tous les jours le Seigneur avec confiance, qu'elle assiste à la messe, qu'elle communie régulièrement. Faute de quoi il peut arriver ce qui est décrit dans ce passage de l'Évangile:

"Lorsqu'un esprit mauvais est sorti d'une homme, il va et vient dans des endroits desséchés en cherchant un lieu où se reposer. S'il n'en trouve pas, il se dit: 'Je vais retourner dans ma maison, que j'ai quittée'. Il y retourne et trouve la maison balayée, bien rangée. Alors il s'en va prendre sept autre esprits encore plus mauvais que lui, ils reviennent ensemble et s'installent là. Finalement, l'état de cet homme est donc pire qu'au début." (Luc 11, 24-26).

On le voit, l'exorcisme prend tout son sens dans le cadre d'une démarche d'un retour vers Dieu.

Il faut également savoir que le chemin menant vers la libération est souvent long.

Facteurs favorisant l'emprise du Malin...


Souvent, l'action du Malin a été favorisée par le Péché, mais beaucoup doivent à la consultation de voyants, séances de spiritisme leurs problèmes... quand ce n'est pas carrément l'usage de la magie (qu'elle soit dite blanche, rouge ou noire), directement ou indirectement (recours à des mages, sorciers etc...) qui est à l'origine de la mise en place de liens maléfiques lesquels peuvent demeurer cachés et insoupçonnés durant des années. De façon générale, tout contact avec quelque forme de pratique ésotérique que ce soit est néfaste; sans parler de ceux qui se laissent aller à fréquenter des sectes sataniques etc...
La fréquentation de certains lieux infestés par le Malin est également de nature à induire des problèmes.

Parfois, il s'est vu que le Démon attaque aussi des Saints. Dans ces cas-là, il faut y voir une épreuve consentie par Dieu afin de les faire grandir davantage dans la sainteté. Leur Combat Spirituel les rendant finalement plus proches de Dieu encore. Comme toujours, d'un mal Dieu tire un bien encore plus grand.

« C'est pour que nous restions libres que le Christ nous a libérés. Donc tenez bon et ne vous remettez pas sous le joug de l'esclavage. » (Gal 5, 1)

« Elle est sûre cette Parole:

Si nous sommes morts avec Lui, Avec Lui nous vivrons. Si nous souffrons avec Lui, avec Lui nous régnerons.  » (2 Tm 2, 11-12)

Jésus Christ a vaincu Satan définitivement. Il nous a rachetés par son sacrifice sur la Croix afin que nous ayons la Vie éternelle.

      "C'est par le nom de Jésus Christ que cet homme se présente devant vous parfaitement guéri. Il n'existe pas d'autre nom qui ait été donné aux hommes par lequel nous devions être sauvés." (Actes 4, 10-12).

Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et paix sur la terre aux hommes qu'Il aime.